Bref historique

Depuis l’arrivée des premiers blancs en Amérique du Nord, le paysage politique a beaucoup changé. En effet, nous sommes passé d’une population à majorité amérindienne à une société dans laquelle les européens sont devenus les plus nombreux. Ce changement ne s’est pas fait sans difficultés. Cependant, ce qui nous intéresse plus particulièrement ici, se situe lorsque les anglophones et les francophones ont dû apprendre à vivre ensemble sur un même territoire.

En 1759, une bataille qui changera le cours de l’histoire se déroule sur les plaines d’Abraham dans la ville de Québec. Elle oppose les anglais de Wolfe aux français de Montcalm. Le résultat se résume à une défaite crève-cœur de ces derniers. On définit donc l’année 1760, l’année de la prise de Montréal par les Anglais, comme étant l’année de la conquête.

En 1763, l’Angleterre et la France signe le Traité de Paris qui confirme que la Nouvelle-France est désormais une possession anglaise. L’Angleterre dote ensuite ses colonies d’Amérique du Nord d’une nouvelle constitution : La Proclamation Royale. Cette dernière prévoit l’assimilation des canadiens français dans un avenir plus ou moins rapproché. On estime qu’environ 2000 d’entre eux retourneront en France.

1763à Le Traité de Paris

La guerre de Sept Ans en Europe se termine par la signature du Traité de Paris.  Ce dernier concède à l’Angleterre certains territoires.  C’est le cas de la Nouvelle-France en Amérique du Nord.  Dans la colonie, la conquête se fait en 1760, alors que Montréal capitule.  La bataille des Plaines d’Abraham reste l’événement clé de cette guerre.  À partir de 1763, la colonie est dotée d’une nouvelle constitution qui provient directement de Londres : La Proclamation Royale.

En 1774, les dirigeants anglophones craignent que les troubles qui se déroulent aux États-Unis se répandent jusque dans le Canada. Pour éviter une révolte chez les francophones on rédige l’Acte de Québec. Cette nouvelle constitution augmente le territoire de la province et on accorde le droit aux francophones de pratiquer le droit civil français ainsi que la religion catholique.

En 1791, l’Acte constitutionnel sépare le Canada en deux. D’une part, le Haut-Canada (Ontario 15 000 anglophones, loyalistes venus des États-Unis). D’autre part, le Bas-Canada (Québec 160 000 francophones). Avec cette nouvelle constitution nous voyons l’apparition d’une chambre d’assemblée ainsi que d’un gouverneur pour chaque province.

1791à L’Acte Constitutionnel

Cette nouvelle constitution répond aux besoins criants des arrivants loyalistes qui ont fuient les Etats-Unis après la guerre d’indépendance.  Elle crée deux provinces : le Haut et le Bas Canada. Le projet de loi vise quatre principaux objectifs.  Premièrement, l’Angleterre désire garantir les mêmes droits et privilèges pratiqués par ses loyaux sujets partout dans les colonies d’Amérique du Nord britannique; alléger le fardeau fiscal de la métropole en permettant aux gouvernements de lever des impôts pour répondre aux besoins de la colonie; justifier les divisions territoriales et la création de législatures provinciales; et finalement, maintenir les liens de dépendance économique en remédiant aux lacunes constitutionnelles présentes dans les constitutions précédentes.

L’Acte d’union voit le jour en 1840 suite aux recommandations de Lord Durham. Ce dernier considère qu’il est urgent d’assimiler tous les canadiens français. Les deux Canadas sont désormais unis et sont sous la tutelle d’un seul gouverneur. Les anglophones et les francophones sont représentés par le même nombre de députés, indépendamment de leur poids démographique dans la société canadienne. Les représentants francophones se battent déjà pour obtenir la représentation proportionnelle. Cependant, cette concession sera accordée seulement lorsque le poids démographique des anglophones sera supérieur à celui des francophones. De plus, l’anglais devient la seule langue officielle au parlement.

L’Acte d’union est sanctionné le 23 juillet 1840, mais elle entre en vigueur le 10 février 1841 seulement. Certains députés comme John Nelson critique le projet d’union, mais la population tend à appuyer des hommes plus modérés tels que Louis Hippolyte La Fontaine.

L’année 1848 marque un pas important dans l’atteinte d’une véritable démocratie. En effet, le gouvernement (la chambre d’assemblée) obtient finalement la responsabilité ministérielle. Bref, désormais le gouvernement devra rendre des comptes aux députés de la chambre d’assemblée.

Continuer
 

Poursuivre votre exploration:

Bref historique Causes Étapes vers la confédération Naissance d’un pays Mes sites favoris Sources Qui suis-je?

 

 
Par: Stéphanie Fournier, 2002-2005